• Blog
PrivéBlogAnna – Ma vie en tant qu’enfant conçu grâce à un donneur
Enfants nés grâce à des donneurs

Anna – Ma vie en tant qu’enfant conçu grâce à un donneur

Un enfant conçu grâce à un donneur nous raconte son histoire

Je m’appelle Anna et je suis une enfant conçue grâce à un donneur. Cette expression est sûrement un peu dépassée étant donné que mon frère et moi avons eu 26 ans il y a quelque temps. Néanmoins, elle a le mérite d’indiquer comment nous sommes venus au monde, c’est-à-dire grâce à du sperme de donneur.

Fonder une famille avec des parents LGBT

Mes parents, Inge et Mette, se sont rencontrées alors qu’elles étaient étudiantes à Aarhus. Elles sont tombées amoureuses et, après quelques années passées en couple, elles ont décidé qu’il était temps de se marier et de fonder une famille. Cependant, à l’époque, il n’était pas légal pour les couples homosexuels de se marier de façon traditionnelle au Danemark. C’est pourquoi, au lieu de se marier, elles ont opté pour un partenariat enregistré. 
 
Mes parents ont eu de la chance, car l’insémination a eu lieu juste avant que cela ne devienne illégal pour les couples homosexuels. Je suis extrêmement fière de savoir que mes parents, malgré les défis posés par notre société à l’époque, ont écouté leur cœur et ont poursuivi leur rêve de fonder une famille par un traitement de fertilité avec du sperme de donneur. Cependant, quelques tentatives ont été nécessaires avant que leur rêve ne se réalise. Le traitement de fertilité a été réalisé avec un donneur Cryos et Inge est tombée enceinte à la première insémination, mais a fait une fausse couche à la 3e semaine de grossesse. La deuxième fois, l’ovule n’a pas été fécondé du tout. C’est à la troisième tentative qu’elles ont touché le gros lot. Elles attendaient non pas un, mais deux enfants conçus grâce à un donneur : moi-même et mon frère jumeau, Daniel. 
 
Après deux ans passés en tant que famille, cela ne fonctionnait malheureusement plus entre mes parents et elles ont décidé de se séparer. Même si, sur le papier, Inge était notre seul parent légal, elles ont décidé d’entretenir de bonnes relations et de poursuivre leur rôle de parents ensemble. 

Jumeaux conçus grâce à un donneur se tenant la main

Co-mère, belle-mère et tous les autres termes

Aujourd’hui, lorsque deux femmes homosexuelles fondent une famille au Danemark, la mère non biologique est automatiquement enregistrée comme « co-mère », mais ce titre n’existait pas lorsque Daniel et moi sommes nés. Malheureusement, ce n’est pas une mention que nous pouvons rajouter aujourd’hui. Au lieu de cela, nous avons décidé récemment que Mette nous adopterait mon frère et moi comme ses beaux-enfants, ce qui signifie, sur le papier, que nous serons considérés comme des enfants communs à nos deux parents. Cependant, nous n’avons pas pris cette décision en souhaitant que Mette porte le titre de « belle-mère ». Au contraire, je le vois comme une dévalorisation étant donné que nous appelons nos deux parents « maman ».

Nous avons plutôt pris cette décision afin de pouvoir être considérés comme une famille sur le papier. Légalement, cela signifie enfin que nous sommes les seuls héritiers de notre mère Mette et aussi que le côté de notre famille qui mentionnait précédemment « père inconnu » a désormais été remplacé par la famille de ma mère Mette. Je suis très heureuse de cette décision ! Je me suis toujours sentie également liée aux familles de mes deux mères, même en sachant que je ne suis liée biologiquement qu’à l’une d’entre elles.

Anna nous partage son enfance dans une famille atypique

Grandir dans une famille « atypique »

On me pose souvent des questions comme « Était-ce différent de grandir dans une famille comme la tienne ? ». Je souris toujours quand on me pose ce genre de questions, car je n’ai jamais connu autre chose. Mais je comprends la réflexion qui se trouve derrière cette question et je le perçois comme une chose très positive lorsque les personnes sont ouvertes, tolérantes et curieuses à propos de moi et de ma famille. Pour répondre à la question une bonne fois pour toutes : je ne me sens pas très différente des autres familles, mais je me sens spéciale et unique d’avoir grandi dans une famille homosexuelle comme la mienne, à une époque où cela n’était pas très bien accepté. Je ne connaissais pas d’autres familles comme la mienne quand j’étais enfant, mais je voudrais souligner que je n’en ai jamais ressenti le besoin. Je me suis toujours sentie très à l’aise et fière de ma famille, même si je ne connaissais pas d’autres enfants de mon âge qui avaient des mères lesbiennes ou qui avaient été conçus avec du sperme de donneur.

Je suis convaincue que l’une des raisons pour lesquelles je me sens si à l’aise avec ma famille est que nos parents, tout au long de notre enfance, nous ont expliqué que nous avions été conçus grâce à un donneur et comment nous étions devenus une famille. Elles nous ont expliqué qu’un gentil monsieur les avait aidées à avoir des enfants et que nous, au lieu d’avoir un papa, nous avions la chance d’avoir deux mamans, et c’est exactement ce que je ressens.

Je me sens très chanceuse d’avoir la famille que j’ai. Quand vous êtes un enfant conçu à l’aide d’un donneur, vous avez été réellement désiré, et je me suis toujours sentie très désirée et aimée par mes parents. C’est pour cette raison que j’ai également beaucoup de mal à comprendre que certains parents choisissent de ne pas dire à leurs enfants qu’ils ont été conçus grâce à un donneur. Je pense que c’est vraiment dommage de transformer quelque chose d’aussi beau en un sujet tabou. De mon point de vue, une famille se construit sur l’amour et les relations entre ses membres, c’est pourquoi je considère mes deux mères à titre égal comme mes parents. 

Anna et son frère jumeau ont grandi en tant qu’enfants conçus par un donneur

Toujours une légère différence

Même si je ne me suis jamais sentie différente ou étrange dans le mauvais sens du terme, je me sens parfois quelque peu différente. Ceci est dû au fait que j’ai grandi dans une société hétéronormée qui, à l’époque où je suis née, n’était pas du tout conçue pour les familles avec des parents LGBT comme la mienne. Je me souviens que cela m’est apparu clairement lorsque de nouveaux enfants ont rejoint ma classe et que certains de mes camarades m’ont demandé s’ils pouvaient leur parler de ma famille ou si je préférais le faire moi-même. En ce sens, j’ai également trouvé que la structure de ma famille était un avantage, car je me démarquais du reste de la classe. Alors que la plupart de mes camarades ne montraient que peu d’intérêt aux familles des autres enfants, la plupart en savaient beaucoup sur la mienne.

Cependant, j’ai également fait face aux préjugés, qui ont entraîné des questions comme « Lequel de tes parents considères-tu comme ton père ? » Parce que, forcément, l’un d’entre eux doit être le père ? Je suis consciente que ces questions découlent la plupart du temps de l’ignorance ou de la curiosité et ne reposent généralement pas sur de mauvaises intentions.

Mon interprétation générale est que la plupart des personnes sont très tolérantes vis-à-vis des nombreuses structures familiales qui existent aujourd’hui.

Et qu’en est-il des potentiels frères et sœurs ?

Je n’ai jamais recherché mon donneur ou mes éventuels demi-frères et sœurs, mais je suis membre de plusieurs pages Facebook où je regarde si quelqu’un nous recherche mon frère et moi. Bien que je ne ressente pas le besoin de rechercher mon donneur ou mes éventuels demi-frères et sœurs, je comprends tout à fait qu’il y a des personnes qui peuvent ressentir ce besoin. Dans ce cas, elles peuvent bien évidemment me contacter !

Est-ce que je souhaite avoir des enfants (nés grâce à un donneur) ?

Je suis avec mon compagnon depuis un peu plus de trois ans maintenant et nous aimerions avoir des enfants un jour, mais ce n’est pas prévu pour tout de suite ! S’il s’avère que l’un de nous deux a des problèmes d’infertilité, ce serait sûrement une solution d’utiliser des ovules ou du sperme de donneur. J’aimerais beaucoup avoir la chance de porter nos futurs enfants, qu’ils soient conçus par un donneur ou non. Mais s’il s’avère que je ne peux pas le faire, il existe heureusement d’autres possibilités. Je suis sûre que je deviendrai maman un jour.