PrivéBlogMère célibataire par choix : voilà où j’en étais ; 38 ans et célibataire
Mère célibataire par choix, Parents d’enfants conçus grâce à un donneur

Mère célibataire par choix : voilà où j’en étais ; 38 ans et célibataire

Par Cryos | 9/23/2018
Solo mum Marije

Marije est originaire des Pays-Bas et nous raconte comment l’espoir s’est changé en bonheur lorsqu’elle est devenue mère célibataire par choix.

Crédit photographique : saltedphotography.nl

Voilà où j’en étais ; 38 ans et célibataire

« Nous avons essayé de concevoir un enfant pendant deux ans, sans succès. J’ai voulu savoir pourquoi je ne parvenais pas à tomber enceinte ; j’ai donc fait contrôler mes trompes à l’hôpital. Il s’est avéré que l’une de mes trompes était endommagée à la suite d’une appendicectomie subie lorsque j’avais 16 ans. Les médecins ont essayé de réparer les dommages. Ils m’ont également dit que je pourrai toujours tomber enceinte avec une des trompes, même si la seconde trompe ne fonctionnait pas. Cela m’a rassurée. À ce moment-là, j’ignorais que ma relation avec mon petit-ami n’allait pas durer.

Voilà où j’en étais ; 38 ans et célibataire. Tous mes rêves venaient de tomber à l’eau. Cela n’était pas prévu du tout. Je n’avais pas de plan B. Le simple fait de penser que je n’aurai pas de famille me donnait l’impression que ma gorge se comprimait et m’empêchait de respirer correctement. Cela ne devait pas se passer ainsi. J’avais besoin de me ressaisir et de penser à un plan B. »

C’était exactement ce dont j’avais besoin

« J’ai commencé à rechercher un plan B sur Internet. Ce n’était pas une tâche facile. Ma gynécologue m’a dit qu’elle ne pouvait m’aider que si j’avais un « vrai » homme à mes côtés. J’ai eu beaucoup de mal à trouver la réponse que je recherchais, mais après un certain temps, je suis finalement tombée sur Cryos. C’était exactement ce dont j’avais besoin ! La réponse était là ! Mais comment est-ce que ça marche ?

Je savais que j’avais besoin de l’aide de l’hôpital pour concevoir et que mes chances de tomber enceinte par voie naturelle étaient très faibles. Après un certain temps, j’ai découvert où je pouvais réaliser l’insémination. »

Devenir une mère célibataire ou abandonner mon rêve de famille ?

« J’ai essayé de parler de mes projets à mes amis, mes parents et mes collègues. Leurs réactions étaient très différentes. Il était difficile de faire face aux personnes sceptiques quant au fait de devenir mère célibataire par choix, mais mes amis proches et mes parents étaient les seules personnes qui importaient. Je n’avais besoin que de leur soutien et je savais que je pouvais compter sur eux dans les moments difficiles.

Mes parents ont vu les difficultés auxquelles j’ai été confrontée en voulant prendre ma décision : devenir une mère célibataire ou abandonner mes rêves de famille. Cette décision n’était pas simple. Après quelque temps, ma mère m’a dit que je devais le faire si c’était ce dont j’avais réellement envie. J’avais besoin qu’on me le dise. J’ai donc appelé l’hôpital travaillant avec Cryos. »

Solo mum pregnant

Un dernier espoir pour le plan A

« En célébrant mes 39 ans, j’ai senti la pression devenir plus intense. Deviendrai-je mère un jour, comme je l’ai toujours souhaité depuis mon enfance ?

Je ne connais aucune autre femme qui soit devenue mère célibataire en utilisant du sperme de donneur de Cryos. Toutes les mères célibataires que je connaissais l’étaient devenues à l’issue d’une rupture. Cela signifie que leurs enfants avaient un père ; un père qui les voulait, les aimait, les soutenait et qui apportait une contribution financière. Je suis consciente que le schéma père-mère-enfant n’est pas toujours un conte de fées, mais tout de même. Ces enfants ont un père qui peut répondre à leurs questions sur la vie et auquel ils peuvent s’identifier.

Étais-je en mesure de décider pour mon enfant qu’il ne bénéficierait pas de soutien paternel ? Mon enfant m’en voudra-t-il un jour pour cela ? En songeant à tout cela, je savais que je ne me le pardonnerais jamais si je n’essayais pas.

J’ai fréquenté des hommes tout en poursuivant mon plan B. Ces rendez-vous étaient excitants, comme tous mes rendez-vous, mais ce que je recherchais, c’était un partenaire pour la vie qui puisse également m’aider à concevoir un enfant dans l’année à venir. Cela signifiait que je n’avais pas besoin de passer au plan B et que mon rêve de fonder une famille « normale » deviendrait réalité. Malheureusement, ce plan n’a pas fonctionné. Un compte à rebours pesant venait de commencer. »

Le feu vert de l’hôpital 

« Lors de mon premier rendez-vous à l’hôpital, j’étais à la fois enthousiaste et nerveuse. J’avais un rendez-vous avec une psychologue qui m’a posé toutes les questions auxquelles j’avais fait face jusqu’alors. Elle avait besoin de réponses, mais tout ce que j’ai pu faire, c’était de lui révéler tous mes doutes, mes points positifs et la raison pour laquelle j’ai toujours voulu avoir un enfant. J’ai pleuré et j’ai fini par tout lui révéler : les bonnes et les mauvaises choses.

Une fois le rendez-vous terminé, je me demandais si j’avais bien fait. Que pensaient-ils de moi ? Pensaient-ils que j’étais en mesure de faire face aux difficultés en tant que mère célibataire ? Ils allaient m’informer de la réponse. Ils m’ont également précisé que cela pouvait prendre du temps, car la décision dépendait d’un groupe de personnes. Mon destin était entre leurs mains. Cela m’a paru un peu étrange, mais il s’agit là de l’unique moyen de procéder. En attendant, je pouvais me rendre chez la gynécologue pour déterminer si ma santé pouvait supporter le traitement de fertilité. La gynécologue suivait également le processus tout au long du parcours.

J’étais en bonne santé et j’ai fini par obtenir la grande nouvelle de l’hôpital travaillant avec Cryos. Ils m’ont soutenue et donné leur feu vert. »

Trouver le bon donneur de sperme

« Presque une année s’était écoulée depuis que j’ai décidé de devenir mère célibataire. J’avais déjà passé un certain temps à rechercher le parfait donneur de sperme dans la recherche de donneur Cryos. Cette tâche était loin d’être simple. J’ai finalement réussi à prendre une décision avec le soutien de ma mère.

Nous avons constaté que l’histoire et la généalogie du donneur étaient semblables à celles de ma famille ; cela m’a plu ! Sa lettre de motivation m’a beaucoup touchée. C’était le bon. »

Patienter seule dans la salle d’attente

« L’équipe hospitalière m’a aidée à commander le récipient contenant le sperme du donneur Cryos. Cette commande ne ressemble pas tout à fait aux commandes réalisées sur Internet. Toutefois, la commande s’est parfaitement déroulée et lorsque les paillettes de sperme étaient entreposées en toute sécurité au frais à l’hôpital, nous avons pu commencer l’insémination.

Avant la première tentative, je patientais seule dans la salle d’attente. Je pensais que j’étais en mesure de gérer cela parfaitement toute seule. J’en étais capable, mais je me sentais seule. D’autres personnes patientaient également dans la salle d’attente, mais il n’y avait que des couples.

Après un certain temps, une femme est entrée dans la salle d’attente, seule, elle aussi. Je songeais à lui demander ce qu’elle ressentait en venant ici seule. Je voulais savoir ce qu’elle pensait du fait de devenir mère célibataire. Nous aurions peut-être pu nous soutenir mutuellement. Pendant que je pensais à tout cela, son mari ou petit-ami est entré dans la salle et s’est assis à côté d’elle. Oh mon Dieu ! J’étais si heureuse que je n’ai rien dit. Je me suis mise à rougir et je me suis sentie encore plus seule. »

Marije and son

Oh mon Dieu ! J’étais enceinte !

« Les deux premières tentatives ont échoué et l’idée de retourner là-bas me rendant anxieuse. Il ne me restait plus qu’une seule paillette de sperme à l’hôpital. Si cette tentative échouait, nous aurions dû effectuer une nouvelle commande.

J’ai demandé à ma mère de m’accompagner pour cette troisième tentative. Cela m’a fait du bien de ne pas être seule. Ma mère était visiblement mon porte-bonheur, car cette fois-ci, je suis tombée enceinte ! Oh mon Dieu ! J’étais enceinte !

J’étais submergée d’émotions. Il est si difficile de décrire ce sentiment. Je pleurais des larmes de joie. »

Les autres mères ne connaissent pas non plus les règles

« La grossesse procure une agréable sensation. J’étais si heureuse d’avoir eu la chance d’expérimenter la maternité. J’aimais sortir en public pour montrer mon ventre. J’étais vraiment au septième ciel.

Je faisais autant d’échographies que je pouvais faire. Je ne me lassais jamais de regarder mon garçon. Oui, j’allais devenir la mère d’un petit garçon ! D’une certaine manière, mon rêve d’avoir un homme à la maison se réalisait également.

Bien entendu, les doutes concernant ma décision de faire cela seule étaient toujours présents. Je me demandais si j’étais à la hauteur, si je pouvais faire cela seule et si mon fils m’en voudrait un jour d’avoir choisi de le concevoir de cette manière. J’ai également bénéficié d’un grand soutien de la part de mes amies. Elles m’ont également dit qu’elles avaient des doutes bien qu’elles n’aient pas conçu leurs enfants seules. Elles m’ont dit que cela était tout à fait normal et que toutes les mères avaient des doutes.

J’avais reçu une affiche portant l’inscription « les autres mères ne connaissent pas non plus les règles » (en néerlandais : « Die andere moeder doet ook maar wat »). Cela me faisait du bien de dire cela de temps en temps. »

Mon fils a changé mon espoir en bonheur

« J’ai perdu les eaux deux semaines avant la date prévue. Tout se déroulait maintenant. Cela me faisait peur, mais au bout de quelques heures, il était là. Le plus bel être sur cette planète. Mon fils, tu as changé mon espoir en bonheur !

Après la naissance, je suis entrée dans un nouveau monde. Un monde dans lequel j’étais une mère.

Aujourd’hui, lorsque je regarde mon fils, j’aimerais pouvoir envoyer une photo de lui à mon donneur. J’aimerais qu’il sache à quel point mon fils est une magnifique personne : que ce soit le visage ou le caractère. J’aimerais qu’il sache à quel point je lui suis reconnaissante. Aucun mot ne peut décrire la gratitude que j’éprouve envers mon donneur. Il doit s’agir d’une personne d’une grande bonté pour faire cela. J’espère qu’un jour il découvrira la merveilleuse personne qu’il a aidée à mettre au monde !

Mon fils est actuellement âgé de 9 mois et m’apporte tant de joie ! Il s’est avéré que le plan B n’était pas si mal après tout. Un rêve devenu réalité ! »

/ Marije

Son of a proud solo mum

Communiquez avec d’autres mères célibataires sur notre groupe Facebook

Communiquez avec des mères célibataires par choix et des futures mères célibataires par choix sur notre groupe Facebook « Family Dreams ». Le groupe fermé est une communauté où vous pouvez poser des questions, partager votre histoire et aider les autres dans leur parcours de fertilité. Rejoignez le groupe en cliquant ici.