PrivéBlogÊtre le père d’un enfant conçu grâce à un donneur : j’ai la chance d’être père
Parents d’enfants conçus grâce à un donneur, Infertilité et traitement

Être le père d’un enfant conçu grâce à un donneur : j’ai la chance d’être père

Par Cryos | 11/3/2020
Être le père d’un enfant conçu grâce à un donneur : j’ai la chance d’être père

Miranda et Johan vivent aux Pays-Bas et sont les heureux parents du petit Vidar. Une famille tout à fait normale, à l’exception du fait que Vidar a été conçu à l’aide d’un donneur de sperme. Découvrez ici le parcours de Johan pour devenir père.

« Lorsque j’avais 18 ans, j’ai effectué un test génétique suite à une histoire de cancer héréditaire dans ma famille. Par chance, j’ai découvert que je n’étais pas concerné par ce cancer, mais j’ai également découvert que je disposais d’autres « erreurs » génétiques pouvant entraîner des problèmes de fertilité. À l’âge de 24 ans, j’ai eu un accident de kitesurf qui a endommagé mon canal séminal. Après une analyse de sperme, on a constaté que la qualité de mon sperme était mauvaise. »

Suite au test génétique et à l’accident de kitesurf, Johan a accepté le fait qu’il ne deviendrait probablement jamais père. Toutefois, lorsque Johan a rencontré sa petite-amie, Miranda, tout a changé.

« Ma petite-amie était très indépendante. Avant même notre rencontre, elle cherchait un moyen d’avoir un enfant sans partenaire. Elle pratiquait le handball à un niveau élevé et elle n’avait, jusqu’alors, pas rencontré la bonne personne. Lorsque nous nous sommes rencontrés, elle avait déjà un plan bien précis pour avoir un enfant et elle n’envisageait pas de le changer. J’ai donc été impliqué dans ce processus. »

Deux visions du projet « bébé » 

Johan et Miranda ont entrepris ce projet avec des visions tout à fait différentes : Johan ne souhaitait pas vraiment avoir d’enfants, tandis que Miranda y tenait beaucoup et était enthousiasmée à l’idée de savoir si le traitement de fertilité allait fonctionner.

« Je n’ai jamais spécialement voulu avoir d’enfants. J’aime mener ma vie à ma façon et ne pas avoir à prévoir ce que je dois faire. Le début du traitement m’a beaucoup préoccupé. Je me disais : « tu ne seras plus libre ». Lorsque l’on a décidé de faire la procédure ensemble, j’ai douté de beaucoup de choses : « vais-je aimer cet enfant ? », « serai-je un bon père ? », etc. »

Le traitement de fertilité et la sélection du donneur 

Tout au long du processus, Johan et Miranda ont bénéficié de l’assistance de personnes très compétentes à la clinique de fertilité aux Pays-Bas, ce qui est important, car le processus suscite beaucoup d’émotions. Un élément semblait indispensable pour le couple lors de la sélection du donneur de sperme : avoir une bonne impression en lisant le profil du donneur.

« Pour nous, l’impression que nous donnait le donneur lors de la lecture de son profil était très importante. Nous nous intéressions également à la raison pour laquelle il souhaitait devenir donneur. Le donneur avait rédigé une belle lettre manuscrite à laquelle nous avons pu nous identifier et il semblait avoir un bon bilan émotionnel. Nous recherchions un donneur ayant des traits de personnalité et des caractéristiques semblables aux nôtres : grand, sympathique, en forme et assez sportif. »

Au cours du processus, Johan devenait chaque jour un peu plus enthousiasme. Bien avant la naissance de Vidar, Miranda et Johan avaient tout préparé pour accueillir le nouveau membre de la famille.

Être les parents d’un enfant conçu grâce à un donneur 

Être les parents d’un enfant conçu grâce à un donneur 

Aujourd’hui, Johan et Miranda sont fiers d’être les parents du petit Vidar.

« Je n’avais jamais songé à devenir père. Aujourd’hui, je profite du temps que je passe avec Vidar et je suis fier d’être son père. Je peux lui enseigner toutes les bêtises que je tiens de mon père ! Je suis impatient de voir grandir ce petit bonhomme. »

Johan a pleinement conscience de la chance qu’il a d’être père. Vidar a été l’une des seules choses que Johan a dû prévoir dans sa vie, mais cela en valait la peine. Il y a certaines choses que Johan aurait aimé savoir avant de devenir père et qui auraient pu lui épargner quelques moments d’inquiétudes.

« J’aurais aimé savoir plus tôt que le fait de devenir père était aussi amusant et spécial. Ma vie a totalement changé, mais pas ma liberté. Maintenant, je peux enseigner toutes les choses folles que j’ai faites dans ma vie à mon fils. »

Au sujet de la génétique 

Lorsque l’on demande à Johan comment il se sent quant au fait de ne pas partager les mêmes gènes que son fils, il a une réponse très claire :

« honnêtement, je suis vraiment content que Vidar n’ait pas hérité de mes gènes. Il n’y avait que très peu de chances que j’aie un enfant avec mes gènes et, en tant que professionnel de la santé, cela me semblait plus judicieux d’avoir un enfant en utilisant le sperme d’un donneur. Si Vidar avait hérité de mes gènes, il aurait pu avoir les mêmes problèmes génétiques que moi et le risque d’avoir un enfant en mauvaise santé aurait été plus grand. »

Le fait de ne pas être lié par la génétique n’affecte en rien leur relation. Johan est convaincu que Vidar lui ressemblera quoiqu’il arrive. Par exemple, du point de vue de la personnalité.

« On me dit souvent que Vidar me ressemble. C’est étrange, car ses cheveux sont blonds et lisses, tandis que les miens sont bruns et bouclés. Mais, bien entendu, il a quelques-unes de mes caractéristiques. Nous avons vraiment les mêmes expressions faciales. Même notre façon de faire des « blagues » est la même. Vidarressent l’atmosphère autour des gens. Moi aussi. »

Être les parents d’un enfant conçu grâce à un donneur

Rencontrer un jour le donneur 

Johan et sa femme ne veulent rien cacher à leur fils. Ils lui ont déjà dit qu’il était venu au monde avec l’aide d’un donneur.

« Je lui répète souvent une phrase en néerlandais : Je bent niet van mijn zaadje, maar wel mijn maatje! (Même si nous ne partageons pas les mêmes gènes, tu restes mon fils) »

Johan et Miranda ont expliqué à leur fils que le donneur est un homme bien qui a donné son sperme pour que d’autres personnes puissent avoir un enfant en bonne santé.

Johan et Miranda espèrent vraiment que Vidar voudra un jour rencontrer ce donneur.

« En réalité, nous serions un peu déçus s’il ne veut pas rencontrer le donneur à l’avenir. S’il a des questions ou s’il souhaite rendre visite au donneur, nous ferions tout notre possible pour l’aider. Nous aussi, nous sommes un peu curieux ! »

Avoir un fils, c’est comme être sur un petit nuage 

Avant d’avoir un enfant, Johan avait peur de ne pas pouvoir supporter le fait que son fils et lui ne partagent pas les mêmes gènes. Mais cette peur a disparu le jour où il a vu son fils pour la toute première fois.

« La première fois que j’ai vu Vidar, j’ai senti qu’il était mon fils et je l’ai tout de suite aimé. Nous sommes habituellement très « terre à terre », mais cette fois-là, nous avons vécu un véritable miracle. »

Lorsqu’il est question de l’avenir de son fils, Johan n’a que quelques préoccupations, et celles-ci sont sans doute les mêmes que celles des autres parents : va-t-il casser beaucoup de choses ? Y aura-t-il des blessures à soigner ? Ou bien : auront-ils un jour droit à la visite de la police ?

« D’après moi, un père doit être la personne qu’il viendra voir lorsqu’il sera triste, lorsqu’il aura envie de discuter de certaines choses ou lorsqu’il aura envie de jouer. J’ai envie de lui apprendre les bonnes choses et je veux qu’il devienne une bonne personne. Je veux qu’il sache que je serai toujours là pour lui. »

Voici le message de Johan pour tous les couples qui souhaitent utiliser le sperme d’un donneur pour avoir un enfant :

« J’ignore comment les autres le ressentiront, mais pour moi, c’est comme être sur un petit nuage. »

Merci à Johan et Miranda d’avoir partagé avec nous leur parcours pour devenir les parents du petit Vidar.

Si vous envisagez d’utiliser le sperme d’un donneur pour réaliser votre rêve d’avoir un enfant, nous vous invitons à contacter gratuitement l’un des conseillers du Customer Care de Cryos pour connaître les différentes possibilités qui s’offrent à vous. Nous serons toujours à vos côtés pour vous aider.